Petite guide de la méditation

Guide de la méditation

Note: ce guide de la méditation est en trois parties. Partie 2 et Partie 3.

Introduction sur la méditation

La méditation existe depuis des millénaires. Si l’on est d’accord pour dire que sa pratique « mystique » ou spirituelle nous est venue des Sages de l’Orient, nous nous penchons davantage aujourd’hui sur cette technique et ce, dans un but de développement personnel, de gestion du stress, de mieux-être et de mieux-vivre, sans forcément y attacher un but spirituel car la méditation est pratiquée de plus en plus en mode « laïque ». De nombreuses études scientifiques et médicales sont venues corroborer le bien-fondé de la méditation sur la santé mentale et physique.

La technique est facile à apprendre et nous pourrions même dire comme Monsieur Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir, que certaines personnes font de la méditation sans le savoir ou que nos grands-mères méditaient dans l’action, chaque fois qu’elles passaient de longues heures sur leur broderie sans émettre un son ou oubliant, dans une telle concentration, leurs soucis ! Les enfants sont aussi souvent pourvoyeurs d’enseignement lorsqu’ils sont concentrés dans la fabrication d’un château de sable et que plus rien n’a d’importance autour d’eux! Vous allez donc, par ce petit guide de la méditation, vous forger une base de connaissances sur la méditation mais, c’est à VOUS qu’appartient la pratique.

Ainsi, si vous avez faim, rien ne vous servira de lire la recette d’un gâteau fameux et d’en contempler la photographie : il vous sera beaucoup plus utile de faire le gâteau afin de le manger ! De la même façon, il est très utile de connaître les concepts théoriques de la méditation, mais ceux-ci resteraient évidemment inutiles si vous n’aviez pas tout d’abord l’envie de méditer, puis – et surtout – l’envie de pratiquer.

Ainsi, Cher Lecteur, nous vous tendons la clef de la méditation afin que vous puissiez vous-même ouvrir la porte vers plus de sérénité, de ténacité, de courage, de bien-être et de zénitude.

1 – Qu’est-ce que la méditation ?

a) Introduction à la méditation

La méditation est une technique qui s’adresse à tout le monde. Certains commencent à méditer très jeunes, suivant l’exemple de leurs parents. Il existe aussi des personnes qui se mettent tardivement à la pratique de la méditation après en avoir entendu parler. Tous les âges sont permis! Bien sûr, il est possible ensuite d’adapter la technique: par exemple la posture assise au sol, jambes croisées, n’est pas toujours possible pour des personnes très âgées ou bien ayant un handicap physique. Mais, il existe toujours des solutions alternatives car la pratique n’est pas rigide.

La méditation nécessite une pratique régulière et un engagement, non pas vis-à-vis d’une autorité extérieure, mais vis-à-vis de soi. Les résultats d’une pratique sérieuse sont si bénéfiques pour soi et pour notre environnement et notre façon d’aborder les événements et les gens, que la méditation s’avère réellement être un outil de transformation personnelle.

b) Les origines de la méditation

La racine latine meditatio désigne l’action de méditer ou de diriger son attention sur un point précis : objet de méditation.

La méditation désigne en fait des pratiques légèrement différentes selon les courants de pensée. Pour simplifier, nous dirions qu’elle est née en Asie, berceau du bouddhisme, même si la pratique importée en Occident s’est « vulgarisée » pour s’adapter à tous les genres: croyants ou non-croyants.
Dans la tradition, il est possible de comprendre 2 formes de méditation: la méditation qui prend appui sur un objet extérieur pour fixer l’attention du méditant (« Samatha ») et la méditation de la « vision intérieure » (« Vipassana »).

Il y a d’autres formes dont certaines pratiques s’appuient aussi sur des textes sacrées et des paroles de Bouddha.

Cependant, lors de son arrivée en Occident, la méditation s’est pour ainsi dire adaptée. Il est toujours possible pour les personnes qui s’intéressent au bouddhisme de faire de leur méditation un moyen d’atteindre l’Eveil et d’étudier conjointement à la pratique ces textes sacrés mais la plupart des cours ouverts à tous les publics permettent d’assimiler la méditation à un outil de développement personnel et non à une croyance.

c) De la méditation spirituelle à la méditation laïque

La méditation, enseignée et pratiquée de façon laïque, permet une ouverture à toutes les couches de la société. Par exemple, il est maintenant de plus en plus vérifié de façon scientifique les bienfaits de la méditation.

Si la méditation soigne le corps et l’esprit, c’est un aspect positif pour ceux qui pensaient encore que la méditation était réservée à des pratiquants du bouddhisme et qu’il fallait rester assis pendant des heures pour méditer. Beaucoup d’idées reçues, comme nous le verrons après, ont fait long feu.
D’autant plus que la méditation entre maintenant dans les entreprises. C’est la méditation dans l’action, encore appelée « Présence Consciente » ou en anglais Mindfulness. Jon Kabat-Zinn, à l’origine de la clinique de réduction du stress qu’il a fondée et dirigée dans le Massachussets et, par des études menées sur des patients, a pu constater le bienfait de la pleine conscience sur la réduction du stress (MBSR ou Mindfulness-Based Stress Reduction).

d) Les idées reçues sur la méditation

Il existe plusieurs idées reçues sur la méditation:

1. La méditation n’est pas une croyance et n’a rien à voir avec une religion quelconque ou un courant sectaire.

2. La méditation n’est pas liée au végétarisme ou d’autres modes de vie particuliers.

3. La méditation n’est pas un moyen de léviter ou d’entrer en transe.

4. La méditation n’est pas mystérieuse ou réservée à un style de personnes: elle est accessible à tout le monde.

5. Il n’est pas nécessaire de s’asseoir en lotus, si vous n’y parvenez pas. Vous pouvez vous asseoir sur une chaise.

6. Faire brûler de l’encens, mettre une musique de fond inspirante et relaxante: tout ceci n’est pas obligatoire. Le décor, les sons, les odeurs sont aux goûts de chacun mais attention de ne pas vous laisser perturber par des objets de « façade » pendant votre pratique. Il ne faut pas confondre l’intériorité et le retour au soi avec tout ce qui est considéré comme « cosmétique » ou extérieur à soi.

7. Vous n’allez pas être heureux après une séance de méditation. Mais, vous apprendrez au fur et à mesure de la pratique à discerner les « irritants psychiques » (jalousie, peur, colère, haine, etc.) qui sont des réactions de notre ego et apportent la souffrance. La méditation nous permet de reconnaître nos réactions, nos attachements et à nous libérer petit à petit de nos réactions conditionnées. En ce sens, elle permet de se sentir plus heureux, même si les événements rencontrés dans notre vie sont fâcheux ou si les gens que nous croisons sont agressifs, colériques et dominés par l’ego.

Cliquez ici pour lire la partie 2 de ce guide

 

Petite guide de la méditation
4.9 (98%) 32 votes